Pathologies de la bouche et de la gorge

dessin laryngologieLaryngologie

- Investigations endoscopiques des pathologies de la voix, des pathologies pharyngées, de la déglutition.
- Investigations du reflux gastro-oesophagien à manifestations pharyngées par pH-métrie pharyngée et oesophagienne.
- Prise en charge des cancers des voies aérodigestives supérieures.
- Somnoplasties sous anesthésie locale pour les ronfleurs.

photo gorgesDivers symptomes survenant au niveau de la gorge peuvent être en rapport avec un reflux gastro-oesophagien. Il peut s’agir de picotements, de sensations de boule, de gênes, d’impressions de corps étrangers, de difficultés de phonation ou de déglutition, de brulures, de sécrétions persistantes.

Le reflux gastro-oesophagien peut jouer un rôle dans l’apparition et la persistance de ces symptomes. Ces reflux de secretions acides en provenance de l’estomac peuvent aussi être impliqués dans l’apparition d’un asthme, d’une sinusite chronique voir favoriser l’apparition des tumeurs bénignes et malignes de la sphère ORL. Jusqu’ici lorsque l’on suspecte chez vous un reflux gastro-oesophagien, il vous est proposé d’emblée, après l’examen du pharynx et du larynx, un traitement parfois prolongé sur la base des constatations cliniques et ensuite en cas d’échec thérapeutique ou de récidive, une oesogastroscopie souvent réalisée sous anesthésie générale et/ou une pHmétrie oesophagienne installée là aussi sous anesthésie à moins que la sonde ne soit installée au cabinet du gastro-enterologue.

Ces examens peuvent paraitre lourds ou inconfortables au vu du problème et vous décourager éventuellement à poursuivre les investigations.

Par ailleurs ces examens analysent les événements au niveau de l’oesophage et non de la gorge, ce qui altère leurs précisions diagnostiques.  

photo gene gorgeLa gêne pharyngée recouvre de nombreux symptômes. Il peut s’agir de picotements, de sensation de brûlure, d’une altération de la qualité de la voix, d’une toux chronique irritative, d’une altération du gout, d’une amertûme, de douleurs à la déglutition, de secretions muqueuses pharyngées permanente,…

Les origines infectieuses sont notamment l’amygdalite chronique , l’hypertrophie des végétations adénoides ou une pathologie sinusale. L’examen ORL et un éventuel scanner des sinus sont les examens à réaliser

Une origine tumorale doit toujours être recherchée en particulier en cas d’otalgie associée et chez le fumeur. L’endoscopie réalisée par l’ORL permet en général de les dépister.

Une allergie alimentaire ou respiratoire est possible. L’examen le plus adéquat pour les rechercher consiste à réaliser des tests allergiques cutanés

Une origine classique est le reflux gastro-oesophagien. Les acides remontant de l’estomac où ils sont produits naturellement pour digérer les aliments peuvent remonter dans la gorge créant une agression chimique des muqueuses du pharynx et du larynx. Le fait d’avoir pris des traitements anti-acides sans résultat n’exclu pas ce diagnostic

Le dépistage se fait par endoscopie et pHmétrie oesophagienne : assez inconfortables, ces examens sont réalisés souvent sous anesthésie générale.

Nous proposons deux techniques originales et innovantes de dépistages de ces reflux :

  • la pHmétrie pharyngée de 24 heures pouvant être réalisée en ambulatoire très précise et sans inconfort significatif,
  • le dosage de la pepsine dans les secretions pharyngées (peptest).

Il s’agit d’un matériel astucieux mis au point par une start up à San Diego en 2006.

dxphmetreCet examen est encore peu diffusé et peu connu en France. Il fait référence outre manche. Il consiste en une petite sonde de pH-métrie que l’on installe en arrière du voile du palais qui va permettre d’analyser au niveau de votre gorge elle-même les reflux acides et/ou biliaires qui y surviennent éventuellement, leur intensité, leur durée et ainsi, permettre de poser un diagnostic précis et de pouvoir proportionner la réponse médicale à apporter selon l’importance du problème.

Cet examen se fait sur 24 heures. La position de la sonde est repérée grace à une diode rouge de telle manière à la positionner présicément sans vous gêner.
Vous emportez un petit boitier associé au matériel sur lequel vous indiquez les moments de vos repas, les périodes symptomatiques, le moment du coucher afin de bien correler les périodes symptomatiques et les épisodes de reflux.

La dégénerescence du tissu amygdalien peut être responsable de problèmes infectieux à répétition.

Angines putacées à répétition s’accompagnant de température, de douleurs intenses à la déglutition, de ganglions cervicaux et nécéssitant souvent un traitement antibiotique

Amygdalite chronique : le tissu amygdalien capte des résidus alimentaires qui macèrent avec création de foyers inflammatoires chronique responsable d’une sensibilité de la gorge permanente d’intensité fluctuante, d’une altération de l’haleine, de rejets de petits morceaux alimentaires , d’une réaction ganglionnaire au niveau de la région angullo-maxillaire.

Le traitement de référence est actuellement l’amygdalectomie à la dissection sous anesthésie générale dont les suites sont souvent assez difficiles pendant quelques jours du fait des difficultés d’alimentation et de la douleur. Il y a aussi un risque hémorragique à distance de l’intervention faible mais réel à la chute d’escarre.

Nous vous proposons un traitement original validé par plusieurs publications récentes qui consiste à traiter les amygdales à l’aide d’un laser ndYag. Cette intervention se fait sous anesthésie locale, de manière quasi exangue du fait des qualité de coagulation de ce laser. Les suites sont simples, sans difficulté d’alimentation significative et permet de régler les problèmes d’amygdalite dans 70% des cas en une à trois séances.

Une raucité de la voix peut avoir de nombreuses origines.

Chez l’enfant la cause classique est le nodule des cordes vocales lié à un mauvais usage de la voix. Il nécéssite une prise en charge orthophonique qui peut être envisagée avec succès à partir de l’âge de 7 ans.

leucoplasie des cordes vocalesOedeme de Reinke des cordes vocalesnodule des cordes vocale

Les nodules des cordes vocales sont retrouvés de manière assez régulière chez les enseignants, les chanteurs et toute personne qui sollicite de manière régulière sa voix. Là aussi le traitement de choix est l’orthophonie, une microchirurgie des cordes vocales n’étant nécessaire que dans les cas rebelles à une prise en charge conservatrice.

D’autres anomalies anatomiques peuvent être à l’origine d’une dysphonie : kyste intracordal, sulcus glottidis, leucoplasie, palmure laryngée,…

La voix peut être altérée par des phénomènes irritatif locaux, un tabagisme, une allergie, un reflux gastro-oesophagien. A la longue peut apparaitre un œdème des cordes vocales appelé un œdème de Reinke. Dans ses formes les plus évoluées, il nécessite une intervention chirurgicale.

Une dysphonie peut être le premier signe d’un cancer du larynx. Aussi, si vous êtes fumeur il faut-consulter très rapidement en cas d’apparition de ce symptôme.

Différents troubles neurologiques peuvent altérer la voix : la paralysie d’une corde vocale, les troubles fonctionnels retrouvés dans la maladie de Parkinson, les neuropathies ou être d’origine indéterminée comme dans la dysphonie spasmodique. La paralysie peut alors apparaitre selon les cas, soufflée, hachée, anormalement aigue,…

La dysphonie peut être d’origine infectieuse : laryngite virale, tuberculose laryngée papillomatose en sont quelques exemples.

Les maladies auto-immunes peuvent aussi parfois altérer la voix.

Certains médicaments, notamment les anti-hypertenseurs, les antidepérésseurs, les somnifères et les corticoides, peuvent avoir un effet délétère sur la voix.

Certaines dysphonies sont d’origine psychologique, le trouble voix étant alors le moyen d’expression d’un malaise ou d’une tension interne, par exemple, dans les troubles de la mue chez l’adolescent  ou les aphonies psycho-somatiques.

Un interrogatoire précis sera mené par votre ORL pour essayer de faire la part des choses entre les différentes origines possibles afin d ‘orienter le bilan initial et de déterminer le meilleur traitement. L’examen d’une dysphonie comprend une laryngoscopie souple et dans certains cas un examen stromboscopique des cordes vocales. Différents logiciels ont été développés pour analyser les troubles de la voix et les classifier.

La chirurgie des cordes vocales s’effectue par les voies naturelles par exposition du larynx à l’aide d’un laryngoscpe rigide sous anesthésie générale. L’intervention se déroule sous contrôle d’un microscope à l’aide de microinstruments ou d’un laser. Cette chirurgie est réservée aux lésions du larynx n’évoluant par favorablement sous traitement conservateur ou nécéssitant une biopsie-exérèse.